Expressions du temps

Voici de courts textes que je ne saurais qualifier, écrits sans but, dans la plus pure expression du moment.

Mes orteils frémissaient. Des millions de nains dansent devant mes yeux. Je n’en suis pas sûre… La couverture est retournée pourtant je sens le vent du changement se retourner comme une veste à l’envers. Inepties. Abruptes éruditions stériles, comme du Purigel. Affreux, maladroit, sceptique. Je ne préfère pas énumérer à tout va. Les montagnes daignent te regarder et paf, tu frémis. Je n’aime pas ça. Pourquoi mes orteils ? Où va le monde ? Que faire de soi-même ?

Bidonmondes affluents. Qu’est-ce que tu veux faire avec ma chemise ? Les chiens se roulent en boule pour mourir. Va au Diable, vil énervé. Loin dans les plaines, les tambours sont toujours prêts. Regarde moi. Les mailles de mon tricot. Je n’y arrive pas. La souffrance des autres. Arrrh !

Il pleut des possibles, je marche seule. Les sourires flottent dans ma mémoire, les flaques de mes émotions coulent et nourrissent la terre. Mon cœur me demande l’impossible et mon esprit doute de mon cœur, comme si la fumée pouvait s’attraper. Les images, mon regard poursuit. Je marche seule en compagnie de mes rêves. Les arbres respirent, m’inspirent sagesse alors même que mon souffle s’accélère. Je ne cesse de me questionner, je désire l’imparfait.

De plus longs textes sont à venir, dans un autre registre !

Publicités

Commentez ce texte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s