Pisse de chien

Voici la suite de mon récit qui est supposé être un roman en devenir. Je n’ai pas encore de titre général, mais je peux y mettre un titre de chapitre. Ça pourra vous sembler dur à suivre, je vous invite donc à lire ou relire le début. Et j’essaierai d’être plus régulière pour les prochains épisodes.

La semaine suivante, je suis soudain frappée par la pâleur du ciel pourtant bleu. Je décide d’arrêter de me morfondre et de prendre le conseil que Gandalf donne à Frodon : « Tout ce que nous avons à décider, c’est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. » Et quoi de mieux qu’un peu d’humour pour égayer nos cœurs tristes ?

Je commence alors à fomenter des plans machiavéliques. Comme mon collègue que je déteste tant part toujours plus tôt que moi (parce qu’il arrive plus tôt, gna gna gna), je ferme la porte de notre bureau commun pour librement y préparer mes gratuités magiques.

J’ai fait une liste de mauvais coups possibles, mais j’ai du en éliminer plusieurs, de peurs de représailles ou bien simplement d’en pâtir moi-même autant, me trouvant dans le même espace. J’ai donc du abandonner mon idée de déposer un morceau de durian dans un coin obscur, ou tout ce qui est lié aux odeurs. C’est bien dommage, les mauvaises odeurs sont dans mon top de blagues méchantes. Que me reste-il alors ?

Le visuel ? J’ai effectivement entreprit de « décorer » ma partie du bureau (donc intouchable, politiquement correct parlant) qui est orientée en face de la sienne. De cette façon, il a bien en vue les quatre immenses affiches sur la fête de la choucroute que nous avons produites pour des clients (c’était parmi nos plus belles commandes). J’ai retrouvé un vieux calendrier pour des opticiens avec des photos de « M Pokora » si ridicule que je me marre à chaque fois que je les vois. Mais ce n’est pas suffisant.

Je réfléchis. Il me faut quelque chose qui ne m’incrimine pas, parce qu’il s’agit là de pure méchanceté et non d’une boutade entre amis, dont on sait bien de qui ça vient et à qui on prépare des représailles à hauteur de l’affront, mais au fond c’est pour rigoler. Non, là, il n’y a pas d’humour, pas de légèreté, c’est de la vengeance froide et acide.

Après quelques recherches, je finis par trouver une idée en or, mais difficile à réaliser. Peu importe, je relèverai le défi ! Il me faut donc « collecter » de la pisse de chien… Pas facile, mais quand on veut on peut, n’est-ce pas !

Je me dis que je vais tout simplement demander. Ça paraîtra bizarre, mais pourquoi pas. Je regarde donc où sont situés les parcs à chiens dans les environs de chez moi. J’ai vraiment du temps à perdre à mon boulot, alors je continue de prendre un air sérieux tout en jaugeant sur Google street view quel parc à chien à l’air d’être fréquenté par des propriétaires de chien qui me laisseront récupérer l’urine de leur chien…

Le soir, pleine d’un sentiment partagé de honte et d’aventure, je me lance. Une grande partie de moi-même rigole à temps plein dans ma tête. Je me dis que rien que pour ça, ça en vaut la peine.
J’arrive à hauteur du parc. J’observe en respirant profondément. Ça me rappelle quand je devais appeler quelqu’un quand j’étais jeune. J’avais l’impression que le combiné allait m’aspirer, que des lutins nains à l’intérieur du monde virtuel et bizarre des communications me guettaient et n’attendaient que le moment opportun pour me sauter dessus et me torturer.
Je choisis un gars relativement jeune qui regarde son téléphone d’un air blasé. Je vais le voir, prête à dévier ma trajectoire au dernier moment.

« – Bonjour, euh… »
Temps de réaction, il relève la tête, un peu absent, se rend compte que je lui parle. En désespoir, je lui lance un grand sourire.
« – Euh, bonsoir …? »
– J’ai une demande quelque peu particulière… Euh, c’est pour une blague entre amis… » Un petit mensonge pour faire croire que je suis quelqu’un de drôle et sympathique. Je sors mon Tuperware en plastique, seul contenant que je me suis décidée à « sacrifier ». « J’ai besoin de collecter du pipi de chien… ».
Le gars me regarde comme la dernière des demeurées, puis comme la pire des dégueulasses. Vraiment très expressif ce garçon.
« – Vous êtes pas bien…  » Sur quoi il me tourne le dos et se barre en tirant sur la laisse du chien.
« – Euh ok, c’est pas grave… »

Les joues rouges et la gorge nouée de honte, je me retranche. Je regarde autour de moi, personne ne semble témoin de mon désarrois, ce qui me rassure. Je vise un banc à côté et vais m’y écrouler pour respirer un peu, jetant mon Tuperware à côté. Je me trouve bien bête. Passer mon rare temps libre à fomenter un acte répréhensible. C’est pas très bouddhiste qui aime son prochain tout ça…

Et en même temps… On est pas sur terre pour se faire emmerder par des collègues qui n’arrêtent pas de faire des blagues putrides de viols, entre autres blagues sexistes. Je grogne et ma détermination a repris le dessus. Je repars à l’attaque. Une dame se dirige vers mon banc avec un petit chien trottinant à côté. Je me dis que ça fera moins de pisse, mais que je dois essayer.

« – Bonsoir madame… Je m’excuse de vous déranger… C’est un peu gênant mais… Je suis en première année de Pharma et j’ai le droit à un bizutage… Je dois obtenir de la pisse de chien… »
Je lui montre mon Tuperware et affiche un air mi-dépité, mi-désespéré.
Elle me lance un sourire bienveillant et dans ses yeux brillent l’excitation du jeu entre gamins.
« – Bonsoir jeune fille. Alors ça, on me l’avait jamais faite !
Je veux bien vous aider, mais il a déjà fait pipi , alors… Je le fais un peu marcher, et puis on rentre. Même s’il refait pipi, il faudrait que vous m’accompagniez jusqu’au bout, et puis même s’il levait la patte, il faudrait que vous soyez très rapide, et qu’il vous laisse faire surtout ! Parce que je suis pas sûre qu’il vous laisse récolter sa pisse comme ça, voyez… »
Elle s’assoit en respirant un peu difficilement. J’ai instinctivement de l’affection pour elle.
– « C’est vrai… Je n’avais pas réfléchit à ça, je ne pense pas que j’aimerais qu’on vienne dans mes toilettes avec un Tuperware ! »
Elle s’esclaffe, riant de bon cœur comme quelqu’un qui saisit toutes les occasions de rire.
Je me lève.
« Bon eh bien, je ne vous dérange pas plus longtemps ! Bonne soirée à vous et merci quand même ! »
« Bonne soirée jeune fille ».

« Jeune fille »… mouais. Question de point de vue j’imagine.

Je rentre tranquillement chez moi en humant l’air frais du soir. 
En y repensant, je me dis : Pharma, c’est pas si bête … Laboratoire… Mais on ne teste pas l’urine de chien… Sauf chez les vétérinaires ! Enfin… Est-ce qu’on fait des analyses urinaires canines ? On fait bien des pantoufles pour très petites pattes avec des noeux roses… Je pourrais demander chez un véto de me filer sa flasque, plutôt que de bêtement la jeter… Le prétexte du bizutage n’est pas mal, il me semble que ça peut marcher.
Et voilà comme une envie de vengeance mesquine se transforme en plan d’un machiavélisme international. Je me sens bien pour la première fois depuis un moment, et je m’en vais me coucher après un mars glacé bien mérité.

Publicités

4 réflexions sur “Pisse de chien

      • oui c’est une bonne technique, en le voyant imprimé on voit les maladresses plus facilement que sur le traitement de textes et les lecteurs peuvent aider…

  1. Pingback: NaNoWrimo, ou ce qui s’en rapproche | Faconde et bagou

Commentez ce texte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.