Bonhommes

Un dimanche après-midi d’automne… Je me remets à jouer avec les couleurs. À vrai dire, ça m’avait manquer ! On ne devrait jamais se laisser emporter par toutes les distractions de la vie.

 

bonhommes

senvoler

seulaumonde

Larbresourit

bonhommesgloup

Suites sur les Héroïnes

Il y a plus d’un an, j’avais écrit cet article à l’occasion de la journée internationale de la femme, pour parler en gros, de la place des personnages féminins dans la littérature.

Je suis tombée sur une belle surprise : ce tumblr qui vise les personnages féminins en bande dessinée. La page d’accueil présente des couvertures classiques de BD en tout genre, légèrement revisitées… Ils ont remplacé les personnages masculins, (les héros, les personnages principaux) par leur équivalent féminin.

J’ai choisis celle-ci comme exemple, que je trouve particulièrement pertinente, à cause de ce que présente la situation : domination, maîtrise physique, nudité, ce regard soumis, cette expression assurée et prometteuse, le cadrage qui n’épargne rien de la nudité qui aurait pu être partiellement cachée, le noir dominant en arrière plan qui créé du contraste et renforce le focus sur le corps en avant, et enfin le commentaire navrant qui fait office de titre.

En effet, on commence à peine à en parler, il y a une certaine « culture du viol » qui existe depuis longtemps qui semble récemment exacerbée, notamment au cinéma. C’est-à-dire que le viol, c’est pas si grave, c’est souvent romancé, c’est presque sexy… J’ai l’impression parfois qu’on recule 50 ans en arrière sur certaines idées reçues populaires. Dans de nombreux films, livres et bandes dessinées, les viols sont montrés et loin d’être nécessairement condamnés, on dit carrément que c’est pas si grave, que c’est acceptable, courant, qu’en gros, ça sert à rien de trop s’offusquer, les femmes sont faibles et n’ont aucun moyen de défense, autant s’y résigner et puis tant qu’à faire en profiter !, faudrait pas non plus faire sa « chochotte ». Dans les pires cas, c’est carrément la fille « qui l’a bien cherché ». Sans compté cet horrible et perfide côté délibérément sexy. On le sait, de nombreuses personnes fantasment sur le viol et diffuser ce type d’image, c’est littéralement alimenter ces pulsions de violence. (Faut-il rappeler que le viol c’est un des actes les plus VIOLENTS que l’humain puissent s’infliger ?)

D’ailleurs, la violence, c’est un sujet quasiment tabou. On justifie de plus en plus l’omniprésence de la violence dans les médias et la culture visuelle actuelle, comme si on avait pas le droit de s’offusquer. Je me le fais souvent dire et je trouve ça triste et révoltant.

Si vous avez vu la dernière saison de Game of Thrones, vous y verrez comment une série de roman que j’appréciais entre autres parce que les personnages féminins sont aussi forts et/ou fuckés que les personnages masculins, où la violence était déjà à la limite de l’acceptable, devenir une effroyable série d’images de violence totalement gratuite où y figurent entre autres, plus de têtes coupées, plus de sang et plus de viols qu’on montre directement à l’écran (alors que s’il fallait absolument le mettre, on aurait pu le suggérer) et complètement absents des livres, tout ça pourquoi ? Pour vendre. C’est assez dégoûtant de penser qu’il faut montrer le plus laid de l’humanité pour vendre un produit de divertissement visuel. De manière générale, je reste confuse et sceptique devant les arguments pro catharsis qui justifient ces choix. À mon avis, ça ne rends pas service à nos esprits déjà tordus et tourmentés, d’être sans cesse saturés d’une violence et d’une perversité banalisées.
Pour en revenir aux héroïnes et à GoT, la série exacerbent beaucoup trop le corps des femmes (totalement nues, la plupart du temps) et la violence envers elles, par rapport aux personnages masculins (alors qu’on avait de bon potentiels de plan sur des assez belles fesses d’hommes, merci !(bien que ça n’aurait rien enlevé à ce que je pense)).

Pour en revenir à ce tumblr, en bande dessinée (comme ailleurs) et en particulier dans les BD d’actions, les BD policières ou d’enquête, la SF et la Fantasy, il n’y a pas que le viol, il y a toutes ces fois où on voit des femmes nues juste parce que ben, c’est beau, où on montre des femmes qui sont totalement impuissantes et qui n’ont jamais d’autres alternatives que laisser passer la violence, physique ou morale et attendre bien gentiment (en râlant un peu parfois, ce qui souvent est utilisé pour répéter que les femmes n’arrêtent pas de râler) de se faire délivrer par… un homme, plus gentil que les autres méchants, mais qui profitera éventuellement du paiement de son service « en nature », comme on le suggère la plupart du temps, parce qu’après tout, c’est ça qui est cool, quand on est un vrai aventurier ! Et il ne faut pas se le cacher, c’est aussi pour ça que tous les garçons rêvent de ces personnages. Quel pied, avoir des aventures, toujours réussir, sauver des filles canons qui servent à rien pour après profiter à souhait des « obligations » de celles-ci envers eux. Ben voyons.

Dans le même sujet, un superbe court-métrage qui met de façon évidente en exergue la banalisation du sexisme. À voir et à partager.

Les corbeaux

corbeau

Poum poum poum. On a l’humour qu’on a, hein !